imaac


Un autre projet qu’AFRIMAC accompagne est IMAAC. Dans ce cas, dans la lutte contre les maladies transmises par les moustiques, en essayant d’améliorer la qualité de vie des personnes qui habitent en Afrique et la sécurité du reste du monde. Mais, qu’est-ce que l’IMAAC ?

IMAAC travaille dans des analyses mathématiques et de recherches sur l’effet des mesures de contrôle innovatrices des maladies transmises par des vecteurs comme les moustiques actifs pendant la journée, lesquels transmissent de maladies tels que la dengue, le zika, le chikungunya et la fièvre jaune. Ces mesures de contrôle incluent de nouvelles technologies dans les produits textiles et de peintures à base de nanoparticules et de microparticules qui libèrent des répulsifs de manière contrôlée. L’étude sera également réalisée dans les cas où s’utilisent les vaccines en combinaison avec ces mesures de contrôle. L’objectif principal sera la dengue transmise par les moustiques Aedes aegypti et Aedes albopictus en synergie avec les projets européens existants, mais l’application aura des effets positifs sur d’autres maladies transmises par de vecteurs.

Les nanoparticules et les microparticules sont utilisées dans les produits textiles à des fins diverses, telles que libérer des chimiques comme des répulsifs et des insecticides de manière contrôlée. Les premières actions ont déjà été effectuées, mais aucune étude efficace n’a encore été menée. Le spectre des combinaisons de nanoparticules et microparticules, de répulsifs, d’insecticides et de types de textiles (ou de peinture) n’a pas encore été étudié. En particulière, les études d’efficacité où ces types de mesures de contrôle combinés avec de vaccins sont utilisés sont un territoire inexploré et un modèle mathématique doit encore être développé.

Cette Action vise à réunir des experts en épidémiologie, biostatistique, mathématiques, biologie, nanotechnologie, chimie et ingénierie textile pour mettre en œuvre de nouvelles techniques pour combattre contre les maladies transmises par les moustiques. La question la plus importante est dans quelle mesure peuvent aider ces méthodes innovatrices à réduire le problème des maladies en collaboration avec les vaccins existants, lesquels ont une efficace limité par eux-mêmes.

Visitez le site web d’IMAAC pour en savoir plus sur l’association !